Imprimer
Catégorie : Les enquêtes publiques
Affichages : 230

Notre association a remis un avis en octobre dernier  sur l'enquête publique concernant l'assainissement de LYSED. Cet avis portait sur  le "devenir des sous-produits de traitement", autrement dit les boues restant comme déchets de la station d'épuration. Nous nous étonnions, notamment, du fait que les élus de LYSED n'aient pas retenu l'option d'associer une unité de méthanisation à la station d'épuration, alors que le cabinet d'études la trouvait particulièrement intéressante.

Le rapport du commissaire-enquêteur a été publié fin novembre.

Il est favorable au projet mais on peut noter que le commissaire-enquêteur s’est appuyé sur notre avis pour poser des questions de fond à LYSED sur le fait que la solution méthanisation n’ait pas été retenue. Voir en particulier la page 44 du rapport : " Nous reprendrons, ci-après, une synthèse de nos questionnements à la LYSED à partir de la requête suivante de la Veille Citoyenne de la Boucle du Rhône en Dauphiné : il s’agit d’une requête très bien structurée qui pose des questions de fond sur le projet d’extension de la station d’épuration. Aussi nous reprenons cette requête littéralement en intégralité."

On peut noter la réponse suivante de LYSED parmi celles apportées pour justifier le non-choix de la méthanisation : « Le projet privé de méthanisation « Saint-Louis Énergie » sur la commune d’Anthon, mené sans aucune concertation avec les élus du territoire, a soulevé un profond mécontentement et un profond rejet de la population du territoire (manifestations, constitution d’association de lutte contre le projet, recours juridiques, etc.). Dans ce contexte, le choix de la méthanisation des boues d’épurations aurait été inapproprié et très difficile à porter politiquement. ». C’est un renoncement et un aveu d’échec des politiques.

Cet abandon par les élus de cette option méthanisation, qui aurait permis d'avoir une production conséquente d'énergie renouvelable, est un mauvais signal envoyé à tous les acteurs et habitants de LYSED, alors que le Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) est en cours de lancement et considéré par les élus comme "une formidable opportunité pour mettre en cohérence toutes les actions conduites en matière de transition énergétique" (citation dans un article paru sur le site de LYSED)

Cet abandon pourrait être le second si le recours déposé, grâce aux subventions de LYSED, devant le tribunal administratif par uniquement l'association ADENI contre le projet d'unité de méthanisation agricole d'Anthon aboutissait.

En effet le Conseil communautaire de LYSED finance avec des fonds publics cette association et donc ce recours (20 000 euros de subventions accordées au titre des années 2018, 2019, 2020 et 2021) : voir séance du Conseil communautaire du 30 novembre 2020 pour les subventions accordées pour 2020 et 2021